THE SECRET L WORLD
Bienvenue a vous ..Envie de vous faire de nouvelles amies et bien n'hésitez pas a nous rejoindres n'oublie pas de remplir la chartre et le petit questionnaire afin qu'on ce connaissent mieux...Au plaisir de vous lire...Calypso Poets
N'oublier pas de voter pour le forum..merci




 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 là ou les gays peuvent se marier en europe (ou pas )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Calypso Poets
Charites
Charites
avatar

Féminin Capricorne Coq
Messages : 25407
Points : 31600
Date de naissance : 07/01/1970
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 47
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: là ou les gays peuvent se marier en europe (ou pas )   Jeu 10 Juin - 18:05

no problèmo ma chérie ...tout information peut être utile...groooos bibi




Vis comme si tu devais mourir demain.
Apprends comme si tu devais vivre toujours.[Gandhi]

Cliquez sur la bannière pour accéder au forum:
Revenir en haut Aller en bas
http://thesecret-l-world.forumactif.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: là ou les gays peuvent se marier en europe (ou pas )   Jeu 10 Juin - 18:00

Je peux parler de la France, donner plus de details?
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Poets
Charites
Charites
avatar

Féminin Capricorne Coq
Messages : 25407
Points : 31600
Date de naissance : 07/01/1970
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 47
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Suède : l’Eglise luthérienne accepte le mariage homosexuel   Mer 20 Jan - 12:09

Suède : l’Eglise luthérienne accepte le mariage homosexuel

Le mariage homosexuel à l’église, est-il compatible avec le christianisme ? Oui, selon une majorité des évêques et des élus qui dirigent l’Eglise de Suède, une des principales communautés luthériennes au monde. Cette décision historique sera prise lors de la session du 20 octobre prochain par une assemblée de politiques. Au grand regret de la minorité, des évangéliques et des catholiques pour qui le mariage est réservé à des couples hétérosexuels.

Des couples homo- ou transsexuels pourront bientôt se marier à l’église en Suède. Plus exactement au sein de l’Eglise luthérienne du pays. Ce n’est pas une communauté marginale d’orientation ultralibérale, mais une Eglise majeure, anciennement d’Etat, historique (issue directement de la Réforme au XVI siècle) et représentant théoriquement, selon ses statuts, tout un peuple. C’est pour cela que la décision est historique. Elle inspirera certainement d’autres Eglises importantes en Europe. Et elle provoquera aussi l’incompréhension de beaucoup d’Eglises. La décision soulève de multiples problèmes théologiques et politiques, des débats, aussi bien au sein même de l’Eglise de Suède que chez les autres Eglises engagées dans le dialogue œcuménique avec les luthériens suédois.

Comment en est-on arrivé là ? Pour vraiment comprendre, il faut d’abord considérer le contexte politique et l’organisation de l’Eglise de Suède, très liée à la vie politique en Suède. Dans ce pays viking, on a réglé la question du mariage gay civil cette année. Le 1er mai dernier, une nouvelle loi est entrée en vigueur introduisant une conception très particulière, probablement unique au monde : le mariage entre deux personnes est désormais « sexuellement neutre » (sic). Aux yeux du législateur, il n’y a plus aucune différence entre un couple hétérosexuel, homo- ou transsexuel. Au grand regret d’une vingtaine de députés chrétiens-démocrates (sur 349 sièges), mais à la satisfaction des autres parlementaires, gauche et droite confondues, cette nouvelle loi a été adoptée dans une relative indifférence médiatique. Il faut dire que l’union que les homosexuels pouvaient contracter jusqu’alors était presque aussi avantageuse – ou contraignante – que le mariage. Et le nombre réel de demandeurs de mariage homosexuels est de toute façon faible.

Le vrai problème, politiquement parlant, est celui des Eglises. Comment faire ? En Suède, il n’y a pas de laïcité à la française avec une séparation très stricte. Pratiquement toutes les Eglises et les autres communautés religieuses en Suède peuvent par exemple marier légalement des couples sans que ces derniers aient besoin de passer par la mairie d’abord. En échange, les Eglises doivent respecter la loi. Et c’est là où le bât blesse : comment respecter et comment faire respecter une loi qui affirme qu’il n’y a plus aucune différence entre couples hétéro- et homosexuels ? Plusieurs Eglises se sont lancées dans des campagnes d’information sur ce qu’est le mariage (voir photo : document du Journal de l’Eglise de Suède sur “Foi, amour et mariage”). L’écrasante majorité des Eglises et des autres communautés religieuses considèrent évidemment que le mariage est réservé à des couples hétérosexuels pour des raisons théologiques. Ainsi l’Eglise catholique romaine, qui regroupe 1,5% des Suédois, et toutes les Eglises évangéliques, où l’on trouve environ 10% des baptisés (5-8% de la population), mais 50% de ceux qui se disent « pratiquants » en Suède. Pour eux, pas question de marier des homosexuels. En se référant au système français (tiens…), ils préfèreraient carrément renoncer au droit de marier des gens plutôt que de faire évoluer leur théologie sur ce point-là.

Mais le législateur, quoique très naïf dans ses rapports avec les Eglises, a fini par se rendre à l’évidence : il faudrait accepter des cas de conscience. Donc des exceptions. Les Eglises ont obtenu in extremis « le droit » de ne pas marier des couples homosexuels qui le demanderaient ! L’Etat demande seulement aux Eglises (et à leurs fédérations) de prendre une décision claire en la matière. Certaines Eglises très libérales – par exemple la petite « Eglise catholique libérale » (sic), à ne pas confondre avec la romaine – ont effectivement annoncé leur intention de célébrer des mariages homosexuels. Ce qui a provoqué aussitôt une réaction de toutes celles qui sont d’un avis contraire. Chez les pentecôtistes, le responsable de la principale fédération a déclaré qu’il n’admettrait pas qu’une seule Eglise membre accepte la nouveauté. [...]

Avec le mariage homosexuel, l’Eglise de Suède sera plus moderne, plus branchée, plus politiquement correcte. Elle en a peut-être besoin, car il n’y a plus grand monde au culte le dimanche. Mais y aura-t-il une place pour ceux qui cherchent Dieu aussi ? Va-t-on encore accepter d’y lire la Bible et toute la Bible ? Comment au juste l’Eglise de Suède compte-elle retenir les rares croyants qui se rendent encore au culte tous les dimanches ? Mystère. Bien des Eglises évangéliques ainsi que l’Eglise catholique en Suède devraient voir leur assistance croître dans les mois qui viennent.

Henrik Lindell




Vis comme si tu devais mourir demain.
Apprends comme si tu devais vivre toujours.[Gandhi]

Cliquez sur la bannière pour accéder au forum:
Revenir en haut Aller en bas
http://thesecret-l-world.forumactif.com
Calypso Poets
Charites
Charites
avatar

Féminin Capricorne Coq
Messages : 25407
Points : 31600
Date de naissance : 07/01/1970
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 47
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Portugal: le Parlement légalise le mariage homosexuel   Mer 20 Jan - 12:06

Portugal: le Parlement légalise le mariage homosexuel

LISBONNE - Le Parlement portugais a adopté vendredi un projet de loi autorisant le mariage entre homosexuels. Le texte doit maintenant être ratifié par le président pour pouvoir entrer en vigueur.

Le projet de loi, préparé par le gouvernement socialiste, a été adopté par 125 voix contre 99, soutenu par l'ensemble des partis de gauche. Les formations de droite s'y sont en revanche opposées, estimant qu'un référendum devait être organisé sur la question.

Le Premier ministre Jose Socrates a répondu qu'un référendum n'était pas nécessaire, dans la mesure où le projet figurait dans le manifeste du Parti socialiste lors des élections générales de septembre dernier, qui ont marqué son maintien au pouvoir.

"Cette loi répare un tort", a déclaré le Premier ministre devant les parlementaires, considérant qu'"elle mettait fin à d'inutiles souffrances". "C'est un infime changement à la loi, c'est vrai", a-t-il reconnu. "Mais, c'est un pas très important et symbolique en faveur du respect des valeurs essentielles à toute société démocratique, ouverte et tolérante: la liberté, l'égalité et la non-discrimination".

Jose Socrates a fait de l'autorisation du mariage gay une pierre angulaire de son projet de modernisation du Portugal. En 2007, son gouvernement avait légalisé l'avortement.

Le texte va maintenant être transmis au président de la République, le conservateur Anibal Cavaco Silva, qui ne devrait pas y opposer son veto. La promulgation du texte ferait du Portugal le sixième pays européen à autoriser le mariage entre homosexuels.

Le premier mariage gay pourrait ainsi être célébré en avril dans ce pays catholique, un mois avant la visite officielle du pape Benoît XVI.

Les militants gays venus assister au vote du projet de loi au Parlement se sont félicités de son adoption.

"C'est un moment historique. Nous espérons seulement que (le projet de loi) sera ratifié rapidement", a déclaré Paulo Corto-Real, président de l'organisation Intervention des Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transsexuels.

Les précédentes tentatives pour introduire le mariage homosexuel au Portugal avaient rencontré une forte résistance de la part des groupes religieux et des députés conservateurs.

En 2001, une loi a autorisé les "unions civiles" entre partenaires de même sexe, assorties de certains droits juridiques, fiscaux et de propriété. Cependant, les couples gays ne pouvaient pas porter le nom de leur partenaire ni hériter de leurs biens ou pensions, à la différence des dispositions prévues par le mariage.

Une proposition de loi du Bloc de gauche et du parti des Verts, accordant aux couples gays le droit d'adopter, a en revanche été rejetée ce vendredi. Les militants gays ont précisé qu'ils continueraient à se battre pour obtenir ce droit.

Le mariage homosexuel est actuellement autorisé dans cinq pays européens: la Belgique, les Pays-Bas, l'Espagne, la Suède et la Norvège.




Vis comme si tu devais mourir demain.
Apprends comme si tu devais vivre toujours.[Gandhi]

Cliquez sur la bannière pour accéder au forum:
Revenir en haut Aller en bas
http://thesecret-l-world.forumactif.com
Calypso Poets
Charites
Charites
avatar

Féminin Capricorne Coq
Messages : 25407
Points : 31600
Date de naissance : 07/01/1970
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 47
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Tour des pays où les homos peuvent adopter   Dim 3 Jan - 16:24

Tour des pays où les homos peuvent adopter
2009.09.18

source : veryfriendly.fr

Où les droits des homos sont ils le plus avancé ? En matière d'adoption, de nombreux pays ont déjà ouvert leurs codes civils à l'adoption par des homos… Avant de déménager, tour du monde des pays les plus tolérants.
De plus en plus d'homos peuvent se marier, et même adopter. Récemment, même l'Uruguay est devenu membre de ce club très sélect (pour le moment !).
Mais de nombreux autres pays où les gays et lesbiennes peuvent adopter sont répartis entre l'Europe, l'Amérique, l'Océanie et l'Afrique. Au moins un pays sur chacun des continents. Sur le territoire de l'Union européenne, 9 pays permettent aux homosexuels de devenir papas et mamans.
En 1986, le Danemark est devenu le premier pays en Europe pour permettre à un gay ou lesbienne d'adopter l'enfant de son partenaire, à condition qu'ils soient un couple de fait. Une mesure qui est complétée avec la légalisation complète de l'adoption, en Mars 2009.
Entre-temps, les Pays-Bas l'avaient déjà fait, en 2001 . Les autres pays européens dans lesquels il est permis d'adopter quand on est homo sont l'Allemagne, l'Islande, la Norvège, Royaume-Uni, la Suède et la Finlande.
Dans le cas de l'Espagne, bien que la loi a été votée en 2005, les premières adoptions ont été permises en 2007 tant les procédures à suivre en vue d'adopter sont longues.
En dehors de l'Union, mais encore en Europe, il y a aussi la petite principauté d'Andorre.
Si nous quittons le sol européen, vers les Amériques, les choses changent beaucoup, surtout dans le sud. Dans cette partie de la planète, seul l'Uruguay autorise l'adoption, après la décision de ses parlementaires en Septembre 2009. Bien qu'il faille mentionner qu'au Brésil, deux juges ont déjà statué pour deux couples homosexuels en leur accordant l'adoption et pourrait créer un précédent pour des affaires similaires. L'une des affaires remonte à 2006 et l'autre de 2008.
Aux États-Unis, dans la plupart des Etats, il n'existe pas de législation à ce sujet, l'adoption d'enfants par des couples homosexuels n'est en fait ni légale ni illégale. Parmi les 14 États qui permettent stand d'adopter légalement : la Californie, un état pionnier depuis milieu des années 80, l'état de New York ou du Connecticut.
Seuls deux Etats l'interdisent formellement : le Mississippi et la Floride. Et même dans ce dernier Etat, un juge a permis un homosexuel d'adopter un enfant qu'il élevait depuis 2001. Des études disent qu'il ya 65.000 enfants vivant dans des ménages composés d'homosexuels aux États-Unis. Parmi ceux-ci, 17.000 vivent en Californie.
Plus au Nord, le Canada permet également l'adoption en grande partie de son territoire.
Sur continent africain, seule l'Afrique du Sud permet aux homosexuels d'adopter depuis 2002.
En Océanie, les enfants peuvent également être adoptée dans certains états de l'Australie.
Au moyen-orient, malgré les régions conservatrices et le poids de l'extrémisme religieux, Israël permet l'adoption depuis 2008.
En Asie, les gays ne peuvent plus adopter depuis 2007. Très restrictives, ces dispositions interdisent également l'adoption aux couples dont l'un des deux partenaires est obèse ou touché par des maladies infectieuses ou encore sous antidépresseurs.




Vis comme si tu devais mourir demain.
Apprends comme si tu devais vivre toujours.[Gandhi]

Cliquez sur la bannière pour accéder au forum:
Revenir en haut Aller en bas
http://thesecret-l-world.forumactif.com
Calypso Poets
Charites
Charites
avatar

Féminin Capricorne Coq
Messages : 25407
Points : 31600
Date de naissance : 07/01/1970
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 47
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Le mariage des lesbiennes et des gays   Dim 3 Jan - 16:22

Le mariage des lesbiennes et des gays

Selon l’enquête menée par la commission européenne : "Au-delà de la simple interdiction de la discrimination, certains pays européens vont plus loin et reconnaissent juridiquement les relations homosexuelles avec toutes les conséquences que cela entraîne".

Les droits conférés par ces mesures varient considérablement: en général, les pays scandinaves et les Pays-Bas accordent tous les principaux avantages du mariage civil, à l'exception du droit d'adoption et du droit à la procréation médicalement assistée. Les droits octroyés dans les autres pays sont plus limités.

Seulement neuf pays en Europe (Belgique, Danemark, Finlande, Allemagne, Islande, Pays-Bas, Norvège, Suède, Royaume-Uni) accordent un droit de résidence à des couples homosexuel-les bi-nationaux et encore parmi ceux-ci certains les soumettent à des conditions très restrictives.

Dans la plupart des pays européens lorsqu'un partenaire d'un couple homosexuel a un enfant l'autre partenaire n'a aucun droit à la reconnaissance de sa relation avec l'enfant. Ceci soulève des problèmes par exemple dans les relations avec l'école et le médecin. En cas de séparation la relation avec l'enfant est coupée, ce qui a conduit certains tribunaux à reconnaître de tels droits.

Dans la plupart des pays la pension de survie n'est pas accordée à des partenaires homosexuels, ni le bénéfice de l'assurance maladie.

Enfin en l'absence de testament le survivant n'a aucun droit sur l'héritage ».

Danemark – En 1989 le Danemark est le premier pays européen à avoir légalisé un partenariat gay et lesbien enregistré. Ce partenariat donne les mêmes droits que le mariage hormis le droit à l’adoption.

Pays-Bas – Ce sont eux qui sont allés le plus loin puisque les couples de même sexe peuvent y contracter mariage le 1er avril 2001 ce qui leur ouvre l’accès à l’adoption. Le maire d’Amsterdam, Job Cohen, ex-secrétaire d’état à la justice, est à l’origine de cette loi légalisant le mariage homosexuel.

France - le PACS (Pacte civil de solidarité) qui permet d'unir des concubins de même sexe ou de sexes différents a été voté le 15 novembre 1999 et donne une reconnaissance légale au couple homosexuel. Cette loi ne confère pas le droit à l'adoption homo parentale et ne donne pas les mêmes droits que le mariage hétérosexuel.

Début 2002,, les députés ont voté l'inscription du Pacs en marge de l'Etat civil et autorisé la mise en place de statistiques concernant les pacsés pour comptabiliser le nombre de Pacs signés par des couples de même sexe et par des couples hétérosexuels, mais aussi pour en mesurer la durée, ou encore l'âge des contractants.

Norvège - Depuis 1993, la Norvège reconnaît légalement les couples homosexuels et leur accorde les mêmes droits qu'aux hétérosexuels.

En février 2002, le ministre des finances conservateur Per-Kristian Foss a fait son « coming-out » en annonçant qu'il venait de confirmer officiellement ses engagements amoureux et civils avec celui qui partage sa vie depuis plusieurs années, Jan Erik Knarbakk, directeur d'un groupe de presse.

Suisse - Après Genève et Zurich, les cantons de Bâle et Neuchâtel étudient à leur tour une forme de Pacs. L'union de couples homosexuels et lesbiens pourra être enregistrée, leur permettant de bénéficier enfin d'une reconnaissance mais aussi de droits sociaux, assez proches de ceux accordés aux couples hétérosexuels et mariés.(Juin 2001)

Grande Bretagne - Ken Livingstone, le nouveau maire de Londres, va tenir sa promesse de reconnaître officiellement les couples homosexuels. D'ici la fin de l'année, les couples gays et lesbiens londoniens pourront se "marier". Le maire a débloqué 100 000 livres (un million de francs français) pour créer un registre et reconnaître officiellement les couples homosexuels de la capitale britannique. Cette annonce fait suite aux actions des associations gays, qui luttent pour l'égalité des droits, afin de mettre fin aux problèmes liés à l'héritage, aux pensions ou au bail. La reconnaissance n'aura pas de base légale. Ce registre sera auto-financé. Les couples gays et lesbiens qui souhaitent s'enregistrer devront payer 25 livres (260 francs français), la même somme que celle dont s'acquittent les couples hétérosexuels pour se marier. Mis en ligne le 27 février 2001

Jane Griffiths, députée travailliste, a présenté en octobre 2001une proposition de loi qui ouvrirait la voie à des partenariats enregistrés pour les couples de même sexe en Angleterre et au Pays de Galles. Un projet similaire a été déposé début 2002 par le Libéral Démocrate Lord Lester of Herne Hill pour donner aux gays et lesbiennes britanniques en couple les mêmes droits que les couples hétérosexuels non mariés. Lord Lester a expliqué que cette loi était nécessaire pour amener le Royaume-Uni au même niveau que les principales autres démocraties dans le monde. Leur droit à la propriété commune sera reconnue, ainsi que les droits liés à l'héritage et aux pensions. Le projet de loi est soutenu par l'association gay Stonewall.

Espagne – Elle a adopté fin 2001 une loi qui ressemble de très près à la loi française sur le Pacte civil de solidarité. Elle n’aborde pas le sujet de l’adoption et exige un an de vie commune avant tout effet juridique..
Pour Francisco Peña, coordinateur de l’association gay et lesbienne Fundación Triángulo, il s’agit d’un pas dans la bonne direction. L’association souhaiterait désormais que le Gouvernement Central adopte une législation similaire au niveau fédéral car certains sujets, comme les droits de succession et les retraites, ne sont pas du ressort des communautés autonomes.

Liechtenstein – Les couples homosexuels du Liechtenstein devraient être reconnus par une loi inspirée des projets suisses. Elle place les couples de même sexe à égalité avec les couples hétérosexuels sur les plans de la fiscalité, de l'héritage, du droit de séjour et des assurances. En revanche, le droit à l'adoption ou la possibilité d'avoir un enfant in vitro ne leur sont pas accordés.

Finlande – la nouvelle loi finlandaise promulguée en début d’année donne aux couples homosexuels les mêmes droits que ceux des couples mariés, à l’exception du droit à l’adoption.

Hongrie - le cadre juridique qui existe pour les hétérosexuels non mariés a été étendu aux couples homosexuels en 1996 suite à une décision de la Cour Constitutionnelle.

Belgique - une législation a été adoptée créant une nouvelle institution «la cohabitation statutaire» qui accorde des droits limités. Le gouvernement belge réfléchit à un projet de loi destiné à supprimer les discriminations entre les différentes formes de vie commune. Selon une députée écologiste Kristien Grauwels, le mariage civil entre homosexuels pourrait être possible dès début 2002 en Belgique.

Portugal - Le projet de loi portugais, adopté courant mars 2001, accorde aux couples homosexuels le régime dont bénéficient les couples hétérosexuels, notamment en matière de droits de congés, d'impôts, d'héritage et de contrats de logement, droits déjà reconnus par la loi aux couples hétérosexuels non mariés. En revanche, le droit d'adoption n'est pas reconnu au Portugal aux couples homosexuels.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous transmettre des informations complémentaires en précisant vos sources à : fiertelesbienne@free.fr
Nous ne manquerons pas d’en tenir compte dans les mises à jour.




Vis comme si tu devais mourir demain.
Apprends comme si tu devais vivre toujours.[Gandhi]

Cliquez sur la bannière pour accéder au forum:
Revenir en haut Aller en bas
http://thesecret-l-world.forumactif.com
Calypso Poets
Charites
Charites
avatar

Féminin Capricorne Coq
Messages : 25407
Points : 31600
Date de naissance : 07/01/1970
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 47
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Union ou désillusion pour les couples homos hongrois ?   Dim 3 Jan - 13:37

Union ou désillusion pour les couples homos hongrois ?



(Lais Mendoça/flickr)
Si quatre pays de l’Union européenne ont déjà dit « oui, je le veux » au mariage homosexuel, le Parlement de Budapest, après un premier feu vert, a préféré faire marche arrière et bloquer la loi. Dans un pays où 10 % de la population vit en concubinage, les débats sont animés.
REPORTAGE

PAR CHIARA SASSOLI
Traduction : Sophie Janod
14/04/09
Tags : Europe, EUdebate2009, Homosexuels, Budapest, Hongrie, droits des homosexuels,
français
espagnol anglais allemand polonais italien [VO]
3 commentaires pour “Union ou désillusion pour les couples homos hongrois ?”
Envoyez“Union ou désillusion pour les couples homos hongrois ?” par email
Imprimer “Union ou désillusion pour les couples homos hongrois ?”
Share :
Facebook Twitter Del.icio.us Digg Wikio Blogmarks LinkedIn Diigo Technorati Favoris

Le bal s’est ouvert en 2004 quand Péeter Gusztos, membre de l’Alliance des libéro-démocrates (SzDSz) s’est mis en piste en proposant une union légale qui donnerait aux couples homosexuels une série de droits équivalents à ceux des couples mariés. Le 17 décembre 2007, quelques mois après les désordres causés par des groupes d’extrême-droite lors de la gay-pride de Budapest, le gouvernement de coalition centre-gauche a adopté cette proposition. Tout semblait alors aller en direction de sa mise en œuvre prévue pour début janvier 2009… Mais deux semaines avant son entrée en vigueur, le 15 décembre dernier, la Court suprême a finalement jugé cette loi anticonstitutionnelle et l’a repoussé prétextant que les procédures de cette union ressemblaient trop à celles de l’intouchable institution du… mariage.

Même la République tchèque l’a fait !


Pendant la gay-pride de Budapest, des agressions ont eu lieu. | (Luis Carlos Díaz/flickr)
« Il s’agit d’un argument invraisemblable », déclare András Léderer, 24 ans, président d’Ujgeneration, les jeunes du SzDSZ, actuellement dans l’opposition. Avec plus de 1500 jeunes, ce parti est particulièrement actif en matière de libertés civiles et se bat pour l’égalité des droits, parmi lesquels la possibilité de choisir son compagnon et de pouvoir profiter des avantages légaux qui existent pour les couples hétérosexuels. En sirotant un café frappé à l’Eklektika, unique restaurant « gay-friendly » de la capitale, il déclare : « Il faudra encore du temps avant que les conservateurs, l’Eglise et les associations de la société civile composées de nombreuses familles de droite reconnaissent l’égalité de fait entre homosexuels et hétérosexuels. Et, malheureusement, ils ont une grande influence sur l’évolution des mentalités. Même la République tchèque attribue un statut légal aux couples homosexuels depuis 2006 ! » Dans l’Union européenne, la Hollande, l’Espagne et la Belgique ont sauté le pas, alors que les 23 autres Etats-membres continuent de réfléchir, plus ou moins activement.

Nouvelle tentative du Parlement

Le 9 mars dernier, un texte modifié par les auteurs de la première loi, a été proposé au Parlement hongrois. Selon eux, mieux vaut se contenter d’un premier pas en avant, aussi petit soit-il. Cette proposition est d’ores et déjà soutenue par cinq partis et semble avoir de bonnes chances d’être approuvée. Les unions ne seront pas enregistrées à la mairie mais devant le notaire et seront ensuite entrées dans une base de données. En outre, n’étant pas soumise à la législation familiale traditionnelle, les couples ne pourront adopter d’enfants ni utiliser le nom de leur compagnon. En cas de décès ou de séparation, la famille aura encore la priorité sur le compagnon en ce qui concerne les droits de transmission… En somme, que des restrictions qui empêchent une vraie égalité avec les couples hétéros. Sachant qu’actuellement environ 10 % de la population hongroise vit en concubinage sans être mariée, cette loi toucherait une large partie de la population.

« C’est une situation qui doit absolument changer, mais il faudra encore du temps, la Hongrie n’est pas prête »
Comme András, Anna Lovas Nagy, artiste et animatrice d’une émission de radio dédiée au monde lesbien, Tilos Rádió, soutient le droit à l’adoption pour les couples homosexuels. « Si un couple de femmes a un enfant, comme dans mon cas, et que la mère numéro un, disons, doit avoir un quelconque problème, sa compagne, mère numéro deux, n’a aucun droit sur l’enfant. C’est une situation qui doit absolument changer, mais il faudra encore du temps, la Hongrie n’est pas prête. » A 45 ans, elle est la mère d’une fille de 25 ans et dit avoir été la première lesbienne à avoir fait son « coming out » dans les médias il y a dix ans. Depuis lors, elle vit ouvertement son homosexualité, même si elle admet avoir beaucoup de chance. Devant un verre d’eau gazeuse, elle me raconte, grâce à un traducteur improvisé, que depuis quelques années, un véritable « baby-boom » a eu lieu chez les lesbiennes du pays : une raison pour laquelle il est nécessaire de régulariser cette situation de plus en plus courante.

Sans procréation, pas d’union

Une jeune fille passe la saluer avant de préparer le ciné-forum dans le sous-sol d’un café du nouveau quartier juif, point de ralliement de la communauté lesbienne de Budapest. La jeune fille me parle en anglais et évoque directement la proposition faite au Parlement : « Nous espérons qu’elle passe, même s’il faudra encore attendre de nombreuses années avant d’en discuter de nouveau. » Elle fait référence aux prochaines élections cette année, qui selon les prévisions devraient être favorables aux partis conservateurs. Dans cette éventualité, la discussion sur les unions homosexuelles sera remise à plus tard dans le calendrier des politiciens hongrois.

Parmi les politiciens qui s’opposent avec ferveur au mariage homosexuel, Bence Rétvari, président de l’association des jeunes chrétiens démocrates, affirme que légaliser le mariage gay ne servirait à rien, sinon à ouvrir le robinet de toutes les dérives autour des mariages. Selon lui, le mariage, par principe, doit être consommé par une procréation ; impossible pour les homosexuels de chercher l’égalité dans ce domaine. Pour lui, on se cogne à un mur, une limite d’ordre « biologique ». La discussion parlementaire sur cette union devrait avoir lieu dans les semaines à venir.

PAR CHIARA SASSOLI TRADUCTION : SOPHIE JANOD
Lire aussi
Un métro abyssal
Le chemin de fer des enfants de Budapest
Les Roms victimes des clichés




Vis comme si tu devais mourir demain.
Apprends comme si tu devais vivre toujours.[Gandhi]

Cliquez sur la bannière pour accéder au forum:
Revenir en haut Aller en bas
http://thesecret-l-world.forumactif.com
Calypso Poets
Charites
Charites
avatar

Féminin Capricorne Coq
Messages : 25407
Points : 31600
Date de naissance : 07/01/1970
Date d'inscription : 17/12/2009
Age : 47
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: là ou les gays peuvent se marier en europe (ou pas )   Dim 3 Jan - 13:35



44 % des citoyens européens sont favorables au mariage gay et lesbien. C’est peu ! En avril dernier, la Suède a autorisé l’union entre personnes du même sexe. C’est le cinquième pays européen à s’engager dans la voie de l’égalité entre couples hétérosexuels et homosexuels. Malgré les apparences, l’Europe est plutôt conservatrice…
PANORAMA

PAR SÉVERINE LENGLET
10/07/09
Tags : homosexualité, sexualité, droits des homosexuels, Suède, sexe.
français [VO]
espagnol polonais allemand italien anglais
9 commentaires pour “Là où les gays peuvent se marier en Europe (ou pas)”
Envoyez“Là où les gays peuvent se marier en Europe (ou pas)” par email
Imprimer “Là où les gays peuvent se marier en Europe (ou pas)”
Share :
Facebook Twitter Del.icio.us Digg Wikio Blogmarks LinkedIn Diigo Technorati Favoris

« Pour nous, pouvoir se marier avec notre partenaire du même sexe, c’est juste une question d’égalité avec les hétérosexuels ; avoir le choix de se marier où tu veux, si tu le veux. Dans mon pays, je n’ai pas le choix. C’est interdit », regrette Juris Lavrikovs, originaire de Lettonie et responsable de la communication à l’ILGA Europe, la fédération mondiale pour la défense des droits des lesbiennes, des gays, des personnes bisexuelles, des transgenres et intersexuées. L’ONG va publier fin juillet un document répertoriant les droits des homosexuels en Europe. Le constat est accablant. Sur 58 pays, seuls cinq autorisent le mariage des couples gays et lesbiens.


Le pacte civil instauré par le gouvernement irlandais a été publié le 26 juin. Il rentrera en application d’ici la fin de l’année 2009 | ©Paul Foot/Flickr
Les Pays-Bas ont été le premier pays à le reconnaître en 2001, suivi par la Belgique en 2003, par l’Espagne en 2005, la Norvège en 2008 et la Suède en avril dernier. Le gouvernement suédois est le premier à inclure dans sa législation l’interdiction de refus du mariage religieux pour les couples homosexuels. Les pasteurs ont le droit de refuser individuellement mais l’Eglise luthérienne a l’obligation de trouver un pasteur pour les couples souhaitant se marier religieusement. En Belgique, le mariage est même autorisé pour les étrangers, dès lors que l’un des époux est Belge ou qu’il réside dans ce pays. Cette reconnaissance a souvent donné lieu à de vifs débats. En Espagne par exemple, des évêques et représentants du Parti populaire (droite) s’étaient fortement mobilisés contre le projet de loi, organisant des manifestions dans les rues de Madrid.

Faux mariages, vraies unions

Dans le reste de l’Europe, la situation est assez confuse. « Et attention, il ne faut pas faire comme les médias traditionnels qui séparent toujours les pays de l’Est et de l’Ouest de l’Europe, note Juris Lavrikos. Des pays comme la République tchèque, la Slovénie, la Hongrie sont beaucoup plus tolérants que l’Italie et la Grèce. » De nombreux pays, de peur de froisser l’opinion publique mais souhaitant s’engager dans la voie du progrès, proposent des alternatives au mariage homosexuel. Le Danemark a été le premier pays au monde à autoriser, le 1er octobre 1989, un « partenariat enregistré » entre homosexuels, qui donne les mêmes droits que le mariage, sauf à l’insémination et à l’adoption. La France a instauré en 1999 le PACS, le Pacte civil de solidarité. Une personne qui est pacsée peut bénéficier de la sécurité sociale de son partenaire et est responsable des dettes contractées par son conjoint en ce qui concerne les besoins de la vie courante et les dépenses de logement commun.

Au Royaume-Uni, le « Civil Partnership », le partenariat civil, offre depuis le 5 décembre 2004, aux couples homosexuels, les mêmes droits qu’aux hétérosexuels
En Allemagne, le contrat de vie commune accorde aux couples gays et lesbiens depuis le 1er août 2001 des droits similaires à ceux du mariage, sauf en matière fiscale et pour l’adoption. La loi portugaise reconnaît depuis 2001 les unions de fait des personnes en couple depuis plus de deux ans, indépendamment de leurs sexes. En Croatie, une loi sur l’union entre personnes de même sexe adoptée en juillet 2003 reconnaît uniquement le droit au « soutien mutuel » au sein du couple et le droit à la succession. Au Royaume-Uni, le « Civil Partnership », le partenariat civil, offre depuis le 5 décembre 2004, aux couples homosexuels, les mêmes droits qu’aux hétérosexuels.

En 2006, les députés tchèques ont reconnu un statut légal aux couples homosexuels, malgré le veto posé par le président Vaclav Klaus contre ce texte. En décembre 2007, le gouvernement hongrois de centre-gauche a adopté la loi de partenariat enregistré permettant aux couples gays et lesbiens de légaliser leur union. Le statut de « concubin » leur permet d’obtenir un crédit, de faire valoir des droits à un héritage et accorde des abattements fiscaux.

L’Union Européenne impuissante


comment la presse people a réagi à l’un des premiers mariage homosexuel en Angleterre | (Image: ©Loz Flowers)
« Dans les autres pays, nous devons faire un travail d’éducation car l’opposition au mariage homosexuel est très forte », explique Juris Lavrikovs. En Pologne, en Grèce, en Lettonie, à Chypre, en Bulgarie et en Roumanie, près de 80 % de la population est contre le mariage gay et lesbien, selon un sondage publié en 2007 par la Commission européenne. « De plus, l’Union européenne ne peut rien faire en matière de droit de la famille », regrette Juris Lavrikovs. La Cour européenne des Droits de l’Homme, saisie à plusieurs reprises, estime que le fait de réserver le mariage seulement aux couples constitués d’un homme et d’une femme relève des prérogatives des lois nationales et ne constitue pas une discrimination. Malgré toutes ces réserves, certains hommes politiques défient les lois de leur pays pour faire avancer les choses. Un maire grec a célébré début juin 2008, pour la première fois, les mariages de deux couples homosexuels sur la petite île de Tilos (mer Egée), en profitant du fait que la loi sur le mariage civil, adoptée en 1982, ne précise pas que cette union doit être nécessairement contractée entre deux personnes de sexes opposés.

« Mais un autre problème se pose. Par exemple si un couple homosexuel se marie en Belgique et que l’un des conjoints obtient un travail en Pologne. S’ils décident d’emménager dans ce pays, leur union ne sera pas reconnue », déplore Juris Lavrikovs. Les activistes qui luttent pour l’égalité des droits entre homosexuels et hétérosexuels ont donc encore du pain sur la planche. Le combat est jeune. Le 17 mai 2005 fut organisée la première journée mondiale de lutte contre l’homophobie dans 40 pays. Seulement quinze ans plus tôt, l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé, avait supprimé l’homosexualité de la liste des maladies mentales…



PAR SÉVERINE LENGLET
Lire aussi
Babelblogs : n'en perdez pas une miette !
Union ou désillusion pour les couples homos hongrois ?
Journée mondiale : le racisme « nouvelle génération »




Vis comme si tu devais mourir demain.
Apprends comme si tu devais vivre toujours.[Gandhi]

Cliquez sur la bannière pour accéder au forum:
Revenir en haut Aller en bas
http://thesecret-l-world.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: là ou les gays peuvent se marier en europe (ou pas )   

Revenir en haut Aller en bas
 
là ou les gays peuvent se marier en europe (ou pas )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» démarches et formalités pour se marier
» Mariage de l'abbé...
» - Deux choses ne peuvent se cacher : l'ivresse et l'amour - [Aiden+Kaylee]
» est-ce que les gendarmes peuvent intervenir ?
» Famille de Pierre Marier et Céleste Lareau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE SECRET L WORLD :: Histoire Lez Girls :: Histoire Lez Girls :: L'histoire LGTB tout ce que vous devez savoir :: Là où les gays peuvent se marier en Europe (ou pas)-
Sauter vers: